logo
homeAccueil > Rechercher et voir > Votre recherche > Fiche Document : 9400ATFDOC00001 RUSH 9
 

Fiche Document : 9400ATFDOC00001 RUSH 9 - LES OPERATEURS DE LA LIBERTE : GILBERT LARRIAGA (s

 

 
Retour
poster

Vous n'avez accès qu'aux fiches descriptives et aux imagettes.

Pour accéder aux vidéos et au panier de sélection, identifiez-vous.

La vidéo est réservée aux professionnels de l'audiovisuel, inscrivez-vous.

Type RUSH
Collection Gaumont (Atlantic Film)
Documentaire
Durée 00:34:05
Coul. son Couleur  Sonore
Sélectionner
Référence

9400ATFDOC00001 RUSH 9

Titre

LES OPERATEURS DE LA LIBERTE : GILBERT LARRIAGA (suite)

Dates

Prise de vue : 09/03/1994

Résumé catalogue

Interview de Gilbert LARRIAGA.

Résumé descriptif

Gilbert LARRIAGA parle de son expérience d'opérateur, notamment lorsqu'il dû filmer la relève de la garde allemand sur les champs Élysées (il fut dénoncé, arrêté puis relâché avant de filmer à nouveau cette scène), de l'intérêt militaire de filmer cette relève (les drapeaux pouvaient renseigner sur les régiments présents), de scènes qu'ils ne pu tourner (les Felds gendarmes), de sa mission en Normandie où il comptait regagner les forces françaises (mission inachevée car il a été arrêté avant), des événements qu'il voulait filmer lors de cette mission, de son jugement suite à son arrestation et de la manière dont il s'est échappé avant de revenir à Paris, il parle ensuite de la manière dont les opérateurs se sont réparti les tâches pour filmer la Libération (cite Louis FELIX, l'opérateur avec qui il filmait), des scènes filmés dans le XVème arrondissement de Paris(les panneaux de signalisation, les parisiens sur des barricades, les femmes se faisant tondre), de l'ambiance qui régnait dans le quartier des Batignolles (la rumeur qui parcourait le quartier, l'explosion d'un camion de munitions qu'il a filmé, un homme faisant exploser un char grâce à une grenade), des plans tournés lors de l'investissement de la mairie du XVIIème (cite MEJAT, MADRU, BRU), de la manière dont lui et FELIX ont filmé l'évacuation de l ’ hôtel Crillon, de la blessure qu'il a eu aux Champs Élysées et des conditions de cette blessure (cite LEANDRI, JACOB), des opérateurs et de son expérience personnel lors de la descente des Champs Élysées par le général De Gaulle (malgré sa blessure de la veille) (cite MEJAT, BIDAULT, GERAULT, PERSIN), il finit en reformulant l'anecdote du général De Gaulle lançant, face aux caméras, "C'est le bordel" à Bidault et d'un bouquet donné à De Gaulle qui passa ensuite de mains en mains.

cf TRANSCRIPTION INTERVIEW

Mots clés

FRANCE; LARRIAGA Gilbert; LIBERATION DE PARIS (off); INTERVIEW; TEMOIGNAGE; FILM AMATEUR

Documents proches

NEW YORK. COMMENT SE CONSTRUISENT LES GIGANTESQUES PONTS SUSPENDUS

AMERICAN LEGION

UNE MISSION AMERICAINE VISITE LES USINES CITROEN

LES OPERATEURS DE LA LIBERTE : GILBERT LARRIAGA (suite) - LOUIS FELIX

LES FÊTES DE L'ARMISTICE. TOUTE LA FRANCE CÉLÈBRE AVEC FERVEUR LE XIXÈME ANNIVERSAIRE DE L'ARMISTICE